La Roche Jagu, 5 octobre 2014

Publié le par Philippe BODIN

Le chateau de La Roche Jagu
Le chateau de La Roche Jagu

Le chateau de La Roche Jagu

Le château de la Roche-Jagu est une forteresse qui fut construite au XVe siècle et restaurée en 1968. Il est situé sur le territoire de la commune de Ploëzal dans les Côtesd'Armor, Bretagne, France. En 1773, le maréchal de Richelieu le vend à Mme Le Gonidec de Tressan. Sa situation au sommet de la rive gauche du Trieux qui est très abrupte, permet d'avoir un point de vue exceptionnel sur les alentours et notamment sur le fleuve qu'il était autrefois chargé de surveiller. 
Le monument qui lui appartient depuis 1958, est actuellement géré par le Conseil général des Côtes-d'Armor qui y organise les visites, de fréquentes expositions thématiques et des événements culturels. Durant l'été 2006, l'exposition concernait le lin, plante qui fut longtemps cultivée et transformée en Bretagne. Ses jardins sont en visite libre, et des ateliers guidés y sont également organisés. Ils sont labellisés « Jardin remarquable ». Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis juin 1930, le portail d'entrée et le mur d'enceinte depuis janvier 1969. Le château de la Roche-Jagu a pour sa partie la plus ancienne été construit à la fin du Moyen Âge et la façade sur la rivière assurait la défense par son chemin de ronde avec mâchicoulis. Le logis est constitué d'un seul corps de bâtiment en profondeur dont l'entrée se fait par une porte surmontée d'une niche. Le premier étage possède encore ses fenêtres à meneaux mais le second étage placé en retrait et la toiture ont été très remaniés. La cuisine est la seule pièce conservée en état. Le château a été classé monument historique le 25 juin 1930 puis le mur d'enceinte, le portail et les pavillons qui l'encadrent le 27 janvier 1969.

Vue depuis le chateau de la Roche Jagu

Vue depuis le chateau de la Roche Jagu

La palmeraie

La palmeraie

La Roche Jagu, 5 octobre 2014
La Roche Jagu, 5 octobre 2014La Roche Jagu, 5 octobre 2014

Expo temporaire: Le kirigami (􈡸り􈦐, kirigami?), de kiru (􈡸る, kiru?, couper) et de kami (􈦐, kami?, papier), est le nom japonais de l'art du coupage de papier. On parle également de kirie (􈡸り絵, kirie?, lit. « dessin découpé »), terme se différenciant du kirigami par l'absence de pliage. Les origines du kirigami retournent jusqu'en Chine, où l'on pratiquait l'art du jiezhi. Le jiezhi regroupe l'ensemble des techniques de pliage et de découpage du papier. Par la suite, le jiezhi s'est répandu dans le monde entier pour subir plusieurs changements. De cet art, sont apparus au Japon l'origami, le kumigami, le chigiri, le kirie, le kirigami, etc. Puisque le kirigami n'a pas eu une très grande influence dans le monde en dehors du Japon, il n'y a pas beaucoup de documents sur cet art de manipulation du papier. On sait par contre, que l'usage le plus ancien du kirigami se faisait dans les cérémonies religieuses et dans les temples, principalement Shinto. Par la suite, il n'y a pas vraiment eu d'évolution, le kirigami a toujours gardé ses valeurs traditionnelles tout en suivant le progrès de sa parenté la plus proche, l'origami.

Le KirigamiLe Kirigami
Le KirigamiLe Kirigami

Le Kirigami

Publié dans Randonnées

Commenter cet article