RALLYE DU 11 MAI 2008 (3)

Publié le par Eric

Pour en finir avec le rallye, voici in-extenso le magnifique récit d'Eric Sanvoisin qui permettait de trouver quinze contes disséminés dans le texte.

Vous pouvez continuer à jouer et adresser les réponses sur les commentaires du blog.


                                                 LE FESTIN DU GEANT


               C'était il y a mille fois longtemps, à une époque où les charrois de la baie n'existaient pas encore. Un froid de canard régnait dans la montagne où habitait un géant à la peau bleue. Ce grand gaillard, haut de six mètres, était affublé d'une barbe et d'une moustache rouges.

               Il se prénommait Hans. Sa cervelle, de la taille d'un petit pois, lui avait tout juste permis de survivre aux dangers d'un monde hostile et glacial. Notre géant rêvait de jours meilleurs, d'habits neufs et de festins. Il ne supportait plus le vilain vent qui décoiffait ses cheveux, ni la neige fraiche qui lui engourdissait le bout des doigts.

               Un jour, lassé de dormir dans une grotte aussi sinistre qu'unplacard, il décida de descendre dans la vallée aux merveilles chercher un peu de chaleur. Il quitta son refuge sans un regard pour les neiges éternelles, emportant avec lui une parure qu'il tenait d'Alice, sa mère, et dont il ne se séparait jamais. Elle était aussi belle qu'une princesse aurait pu la porter sans rougir, et même une reine s'il y en avait eu une dans ce pays. Hélas, le seul personnage de haut rang était un vieil empereur grincheux et ventripotent. Toute la vallée lui appartenait. Notre géant l'ignorait.

                Il traversa un bois touffu de sa démarche de balourd et manqua se rompre le cou. En chemin, tenaillé par la faim, il dévora un âne, puis deux, puis trois...Après quoi, il retira ses chaussures et ses chaussettes afin de s'offrir une sieste. En dormant, il fit un rêve étrange : une foule de petits hommes en colère l'encerclait. Après l'avoir saucissonné avec de longues cordes, ils lui chatouillaient la plante des pieds avec des plumes d'oie et des poils de balai.

               Lorsqu'il se réveilla, il ne put étirer les bras. Son cauchemar était devenu réalité...
               - Diable! Que m'arrive-t-il ?

               Assis au sommet de son ventre, sur un petit trône d'or, l'empereur grincheux et ventripotent lui répondit :
               - Les trois ânes que tu as avalés m'appartenaient. Pour les payer, donne-moi ce que tu as de plus précieux.

               La figure du géant devint toute blanche. Il essaya de se dégager. En vain.
               Une sorcière fouilla ses poches et en sortit la parure. L'empereur s'en saisit d'un geste brusque.
               - Magnifique! Nous sommes quittes à présent...

               Hans se mit à pleurer. Secoué par de longs sanglots, son ventre fut secoué de spasmes. Déstabilisé, le trône glissa vers la poitrine de l'inconsolable géant. L'empereur eut très vite le mal de mer et voulut calmer la houle.
               - Calme-toi, géant. Ce bijou est-il si important pour toi ?

               Hans repensa à sa mère et ses pleurs redoublèrent. Le trône continua sa progression vers le cou du géant. L'estomac de l'empereur était de plus en plus chiffonné.
               - Ecoute, si tu veux, on peut discuter...

               Au moment où hans ouvrait la bouche pour répondre, il fut pris d'une violente crise de hoquet. L'empereur buta sur son menton avant d'être soulevé et de basculer dans le gosier du géant. La parure lui échappa au dernier moment et tomba sur le torse du géant qui recracha le trône, mais pas l'empereur.





Eric Sanvoisin, notre talentueux conteur

(corrigeant les copies...)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne serait pas juste d'oublier dans les remerciements les différents commerçants et producteurs qui nous ont offert de constituer les paniers garnis, qui constituaient les lots pour les trois premières équipes.

Antoine Cabaret GAEC des salines, Joseph Cabaret, La créperie de Youenn, La vieille Auberge, la boucherie Corduan, la boucherie Guernion, 8 à 8 d'Hillion .Un grand merci à eux

Publié dans Rallye

Commenter cet article